Les actualités de l’ENFI

La professionnalisation, un corolaire indispensable au développement des parts de marché

23/12/2017

Quelle est la place des courtiers aujourd’hui sur le marché du crédit immobilier ?

En Europe, la production de crédit immobilier intermédiée par les courtiers se situe entre 40 et 60 % (elle est de 90 % aux États Unis).

En France, notre part de marché a doublé en 10 ans et se situe à près de 35 % aujourd’hui, ce qui peut laisser augurer un fort potentiel de développement de notre secteur d’activité.

Comment avez-vous appréhendé la réglementation développée pour encadrer le métier de courtier ?

Toutes les études ont montré que le niveau de la réglementation favorisait le développement du métier de courtier. Pour la Grande Bretagne qui a depuis longtemps encadré la profession, la part de marché était de 60 % en 2010 pour 23 % en France. Depuis la mise en place de la réglementation, nos parts de marché sont à 35 % et plus de 40 % dans certaines grandes villes ; nous visons 50 % très rapidement.

Quelle place occupe la formation pour l'APIC ?

Pour l’APIC, l’objectif est de participer à l’intégration de nos métiers dans une branche professionnelle à part entière. Cette ambition nécessite la mise en place d’une charte comportant plusieurs objectifs : accompagner nos membres dans la mise en oeuvre de pratiques vertueuses en conformité avec les attentes de la réglementation, pour cela nous avons mis en place « le guide des pratiques professionnelles » et le service « ma conformité » en partenariat avec le  cabinet ASTREE, et les accompagner également dans la sélection d’organismes de formation répondant à descritères qualitatifs. Autant d’éléments qui nous permettront de nous renforcer et de nous constituer peu à peu en branche professionnelle. Dès lors nous serons un interlocuteur à part entière dans les consultations avec les pouvoirs publics, nous pourrons faciliter le refinancement de nos formations… nous sommes aujourd’hui à même de prendre toute notre place. Si la formation pouvait être jusqu’alors considérée comme une action imposée, subie, voire contrainte par la réglementation – dans le meilleur des cas comme un investissement avec un ROI hypothétique, l’expérience d’autres pays européens révèle l’efficacité du lien vertueux exigence réglementaire/formation/business.

interview formations IOBSP niveau 1 et 3
Philippe Taboret
- Président de l'APIC
Partager cette actualité
Twitter Linkedin Viadeo