Catégories
Crédit immobilier

Combien coûte un courtier en prêt immobilier ? Comment est-il payé ?

Vous souhaitez contracter un prêt pour la concrétisation de votre projet immobilier ? Vous désirez profiter de taux d’intérêt le plus avantageux et de conditions optimales ? Eh bien, le recours à un courtier immobilier est la solution. Expérimenté et efficace, il saura dénicher les meilleures offres pour vous et négocier votre crédit. Toutefois, comme tout travail exige une rémunération en retour, lorsque vous ferez appel à cet expert, vous devrez prévoir ce qu’on appelle les frais de courtage. Tout de suite, découvrez à combien s’élèvent ces frais et de quelle manière le courtier est payé.

Combien coûtent les services d’un courtier en prêt immobilier ?

Le courtier, intermédiaire entre l’emprunteur et la banque, devra percevoir des frais de courtage une fois que le prêt est accordé à son client. Néanmoins, il ne faut surtout pas confondre les frais demandés par le courtier et les frais de dossier. Les frais de dossier seront versés à la banque pour le traitement de votre demande. Tandis que les frais de courtage reviendront à votre intermédiaire pour récompenser ses recherches et ses interventions.

Loin d’être établis au hasard, ces frais sont cependant réglementés. De plus, la rémunération couvre les services du courtier sur toute la durée du crédit immobilier. La loi préconise d’ailleurs la transparence des tarifs. De ce fait, le courtier devra communiquer à l’avance les frais à son client.

Les courtiers traditionnels c’est-à-dire ceux que vous trouverez auprès des agences prennent en général 1 % de l’emprunt que vous faites à la banque. Sa rémunération dépendra donc du montant de votre crédit. D’une manière générale, les frais de courtage avoisinent les 2 000 € et peuvent aller jusqu’à 6 000 €. Si le client ne sollicite qu’une petite somme, le salaire du courtier est forfaitaire et fixé à 1 500 € pour certaines agences. Si ces sommes vous semblent importantes, sachez que vous ferez de grandes économies grâce à votre courtier. En effet, avec un intermédiaire qualifié, vous pourrez considérablement faire baisser votre taux d’intérêt. Ce qui vous permettra dans la plupart des cas de couvrir entièrement les frais de service de votre interlocuteur. Par contre, pour les non-résidents et les SCI (sociétés civiles immobilières), les frais de courtage représentent généralement 2 % du montant du crédit.

Par ailleurs, en plus du montant du prêt immobilier, les frais de courtage peuvent évoluer en fonction de certains critères. Notamment la complexité de votre dossier, la durée totale de l’accompagnement ainsi que le montage financier.

À quel moment le courtier en prêt immobilier est-il payé ?

Puisque les services du courtier sont encadrés par la loi, celle-ci exige que cet intermédiaire soit effectivement payé après la signature de l’accord du prêt. D’ailleurs, la loi L. 321-2 du Code de la consommation stipule qu’« aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent ». En d’autres termes, tant que le courtier n’aura pas trouvé l’offre qui vous convient et que vous avez l’assurance de percevoir le crédit, vous ne serez pas dans l’obligation de le payer.

Cela veut dire que solliciter un courtier en prêt immobilier est totalement gratuit jusqu’à ce que le crédit soit accordé au client. Le courtier n’a donc pas le droit de vous taxer de frais pour couvrir ses déplacements, ses repas ou ses appels téléphoniques lors de la recherche du crédit qui vous convient.

En outre, à la signature du contrat entre vous et votre courtier, vous devrez y préciser les détails de sa rémunération. Autrement dit, le montant du frais de courtage, la somme qu’il percevra de la banque, le mode de paiement et les conditions de paiement. Cela évitera toute mauvaise surprise de la part des deux parties. Cela permettra aussi plus de transparence au niveau de la collaboration.

Comment est payé le courtier immobilier ?

Le courtier n’est pas uniquement payé par le client. Il perçoit également une rémunération de la part de la banque en échange des nouveaux dossiers qu’il lui soumet. La rémunération est fixée en fonction du montant du prêt immobilier du client. D’une manière générale, elle représente entre 0,5 % et 0,8 % du crédit. Néanmoins, certains établissements bancaires plafonnent le salaire des courtiers. Le plafond est alors établi d’un commun accord entre le courtier et la banque. Certains critères peuvent également influencer le montant de la rémunération. En particulier, les politiques générales de la banque ainsi que la quantité et la qualité des nouveaux dossiers rapportés par le courtier.

Si les courtiers en agence perçoivent habituellement une paie de la part de son client et de la banque prêteuse, certains ne sont rémunérés que par la banque. C’est notamment le cas des courtiers digitaux.

Ceux-ci sont aussi payés au moment de la signature du prêt et recevront environ 1 % du montant du crédit accordé. S’ils gagnent autant auprès de la banque par rapport aux courtiers en agence, c’est grâce à la qualité et à la quantité de dossiers qu’ils rapportent. En effet, bien qu’il travaille essentiellement en ligne, le courtier digital est aussi performant et efficace qu’un courtier traditionnel.